Se connecter     
N9 : historique

Le 04 avril 1893, le sénateur et conseiller Général Georges Martin, et Maria Deraismes, une Promotrice des droits de la femme, humaniste et démocrate, fondent « La Grande Loge Symbolique Ecossaise Mixte de France LE DROIT HUMAIN ». Trois ans plus tard cette nouvelle organisation maçonnique comptait déjà 8 Loges.

La Sœur Charlotte Gray, membre du Droit Humain autant que de la société paramaçonnique « The Good Templars », répandue dans les pays de anglophones, vivait à Zürich. En 1895 elle prit l'initiative d'inviter Georges Martin et sa femme Marie-Georges Martin, Grand Maître ayant succédé à Maria Deraisme entre temps décédée, afin de fonder la première Loge du Droit Humain hors de France.

Cette Loge No 1 à l'étranger, la neuvième en tout, fut la première Loge du Droit Humain dans la confédération, fondée le 16 août 1896 à l'Orient de Zürich. Elle comptait 13 Frères et 3 Sœurs fondateurs. Parmi les Sœurs qui arrivèrent de Paris et de Lyon afin d'aider à l'Allumage des Feux, se trouvaient Louise Barberousse et la sœur de Maria Martin, Francesca Arundale, qui fut à cette occasion élevée au Grade de Compagnon. Celle-ci fonda dix ans plus tard avec Annie Besant la première Loge du Droit Humain à l'Orient de Londres.

Le premier Vénérable Maître était le Frère Baer-Fritschi, Grand Secrétaire des « Good Templars » en Suisse. Une année plus tard la Loge comptait déjà 33 membres. Elle travaillait dans les locaux des Good Templars. Quand les 15 membres de la Loge indépendante « zu den Eidgenossen » voulurent se rallier au Droit Humain, la Loge dut rechercher de nouveaux locaux. Des dissensions internes conduiront à l'interruption des Travaux en 1901, en 1906 hélas, la Loge disparut.

Ce n'est qu'en 1913 qu'une nouvelle Loge de l'Ordre fut ouverte en suisse, à Genève cette fois. Son premier président, Johannes Reelfs, né à Amsterdam en 1888, avait pris domicile en Suisse. Il était polyglotte et enseignait la littérature dans l'école de Madame Rolliers, elle-même reçue dans l'Ordre en France en 1910, et fut une fervente promotrice du Droit Humain en Suisse. Trois autres Ateliers naquirent en 1923, deux dans le canton de Neuchâtel et un à Lausanne.

Le climat qui régnait avant et pendant la deuxième guerre mondiale obligeait à la discrétion, sans qu'une véritable interdiction ne soit prononcée. Les citoyens suisses et les Frères et Sœurs de toutes Obédiences purent l'empêcher par une volonté commune, comme le témoigne le congrès du Droit Humain à Genève en 1936.

Malgré sa brève vie, seulement une dizaine d'années d'activité, La Loge de Zürich était la première impulsion d'une franc-maçonnerie mixte et internationale. C'est grâce à elle que le Frère Georges Martin décida d'ancrer l'internationalité dans la Constitution du Droit Humain, condition que la Neue Neunte remplie parfaitement.

 114 années plus tard l'Ordre a derrière lui un énorme développement dans ce sens. Des Ateliers ont été créés sur toute la planète et travaillent en commun au niveau international.

 La Neue Neunte qui vit le jour le 27 février 2010 à Zürich a déjà pris une place importante dans la fédération suisse de L'Ordre Mixte International LE DROIT HUMAIN.

  retour à la page d'accueil de la Neue Neunte

 

Sources :

•Marc Grosjean, 1988, Georges Martin Franc-Maçon de l'Universel. Editions Detrad, Paris.

•Noëlle Charpentier de Coysevox, 1998. La Franc-Maçonnerie mixte et le Droit Humain. Encyclopédie maçonnique. Editions Maçonniques de France.


© Copyright dhs 2017